Accueil L'addition Dossier : La guerre des quotidiens sportifs

Dossier : La guerre des quotidiens sportifs

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Dossier : La guerre des quotidiens sportifs
La guerre est déclarée
Eric Maîtrot « Ce n’est pas comparable »
10 Sport vs Aujourd’hui Sport : le match… nul
Lafont dans l’ombre
Toutes les pages

La guerre est déclarée

20 ans. Voilà 20 ans que L’Equipe était sans concurrent. Depuis l’arrêt de l’éphémère Le Sport en 1988, le fleuron du groupe Amaury n’avait aucun rival sur le marché des quotidiens sportifs français. Depuis le 3 novembre, cette ère est révolue, la faute au 10 Sport. Le 10 Sport, un tabloïd tout en couleur de 24 pages (dont 4 de publicité) essentiellement consacré au football mais aussi au rugby et au hippisme. Principal atout de ce nouveau titre : son prix. Il est vendu à 50 centimes, soit 35 de moins que L’Equipe.
Pour autant, le 10 Sport n’ambitionne pas de faire de l’ombre à L’Equipe. C’est du moins ce qu’a annoncé son fondateur Michel Moulin au moment de l’annonce du lancement de son titre. Adossé au puissant groupe d’Alain Weill (RMC Info, BFM ou La Tribune) qui contrôle 34% du capital du 10 Sport, Michel Moulin a d’abord donné dans la prudence et le politiquement correct. « Nous avons beaucoup d'humilité, nous ne sommes pas des concurrents » a-t-il expliqué tout en précisant ses objectifs de diffusion : « au minimum 100 000 exemplaires par jour ».
De quoi coller tout de même de sérieuses migraines du côté du groupe Amaury. Même s'il reste le quotidien national payant le plus lu dans le pays, L'Equipe a vu sa diffusion chuter de 7,80% en 2007, à 323.184 exemplaires.

Amaury dégaine Aujourd’hui Sport

jauxsportifs

Dans un premier temps, la réaction d’Amaury a été très diplomatique. « Si jamais un nouveau concurrent arrive sur le marché, ça va nous occuper un peu, mais on le traitera comme le groupe a toujours su faire en pareille occasion », a expliqué Remy Dessarts, le nouveau directeur de la rédaction. Un bel écran de fumée. Car, en coulisses, le groupe voit le retour de la concurrence d’un très mauvais œil. Et n’a pas attendu très longtemps pour fourbir ses armes en faisant usage de sa stratégie habituelle.
Une stratégie simple comme bonjour : occuper le terrain, histoire de couper l’herbe sous le pied du nouveau venu. Cette stratégie a déjà utilisé avec succès par le passé quand Amaury a crée Aujourd’hui en France pour contrer avec succès le lancement d’Info Matin. Et comme le veut la formule consacrée, en sport plus qu’ailleurs, on ne change pas une équipe qui gagne.
La réplique a été éclaire. Une sorte de Blitzkrieg en somme. Il faut dire qu’Amaury avait déjà un plan. Dans les cartons depuis le projet désormais abandonné d’Axel Springer et de son Bild made in France, le lancement d’un tabloïd a été réactivé. Et Aujourd’hui Sport est arrivé dans les kiosques le même jour que le 10 Sport, le 3 novembre.
24 pages quadrichromies essentiellement consacrés au football, un prix de vente de 50 centimes, Aujourd’hui Sport se présente comme le cousin d’Aujourd’hui en France et espère atteindre la barre des 70 000 exemplaires par jour (pour 200 000 tirés). Jean Hornain, directeur général du Parisien en charge du développement du titre, mise sur un ton « coup de poing, interactif et ludique ». Karim Nedjari, rédacteur en chef qui débarque tout droit du … Parisien, s’appuie sur une équipe d’une trentaine de journalistes pour chasser sur les terres que Michel Moulin et son 10 Sport veulent conquérir.

« Plus on m’attaque, plus je serai un guerrier »


La riposte d’Amaury n’a pas découragé Michel Moulin. Bien au contraire. Conseiller sportif du PSG l’an passé, Moulin n’est pas homme à avoir la langue dans sa poche. Il est plutôt du genre à l’avoir bien pendue et se réjouit de cette émulation. « C'est super! Ça veut dire trois choses. Primo : quand j'ai annoncé le 10 Sport à 50 centimes, le groupe Amaury s'est empressé de dire que ce n'était pas possible. Je ne suis pas si débile mental que les gens d'Amaury le laissaient entendre. Secundo : soudainement, le groupe Amaury est capable de fabriquer un quotidien sportif à 50 centimes, ça veut dire que le groupe Amaury vole ses clients depuis des années et se moque d'eux. Tertio : ceux qui ont les moyens de s'offrir L'Equipe à un euro pourront ainsi s'offrir deux quotidiens pour le prix d'un », a-t-il déclaré sur le Point.fr.
Le fondateur de Paru Vendu est en tout cas prêt à aller au front. « Je suis gentil avec les gentils et méchant avec les méchants. Plus on m'attaque, plus je serai un guerrier », a-t-il prévenu.
Oubliez les politesses et autres courbettes, la guerre est lancée. Outre le 10 Sport, L’Equipe et Aujourd’hui Sport, elle devrait bientôt concerner un nouveau belligérant. Robert Lafont a prévu de lancer le 25 janvier son propre quotidien (six jours sur sept) Le Foot pour un prix de 60 centimes. L’éditeur est persuadé « qu’il y a de la place pour un quotidien 100% foot ». Après tout, plus on est de fous, plus on rit…



 

Edito - Novembre 2008

Notre grain de sel

A croire que nous n’avons rien de mieux à faire. A cette heure-ci, un tournant historique se profile aux Etats-Unis. La guerre fait rage en République Démocratique du Congo. Le Parti socialiste se cherche difficilement un leader. Et nous, étudiants en journalisme, ne trouvons à parler que de… journalisme.
C’est que nous avons notre mot à dire sur la question. Pas par plaisir de nous regarder le nombril. Quelques mois avant de devenir journalistes à notre tour, nous nous payons le luxe de prendre de la distance sur notre métier, d’entrer dans les coulisses des médias. De ne pas nous contenter, en somme, de ce que ceux-ci proposent chaque jour : l'information sur un plateau, les pieds sous la table.

Lire la suite...

En bref

  • La radio confirme sa place de « média de la mobilité » : selon un rapport de Médiamétrie, 49,8% de l'écoute…
  • Le site internet d'information Bakchich.info porte plainte contre le directeur de la rédaction de Charlie Hebdo. Dans son dernier ouvrage…
  • Depuis le 3 novembre, l'association « Ça presse ! » fait son blog. Ça cogite, ça zoome, ça bouge, ça se discute,…
  • Au soir du 13 décembre 2007, Yvan Colonna est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité par la Cour d’Assises…

Réseaux sociaux

FacebookTwitterPinterest