Bannière
Vous êtes ici : Accueil » Les fournisseurs » Le fixeur, ce collaborateur de l’ombre, et sans statut

Le fixeur, ce collaborateur de l’ombre, et sans statut

Envoyer Imprimer PDF

Il est essentiel au reporter quand il travaille en zone de guerre. Il lui sert d'interprète, l'oriente vers les bons interlocuteurs, le protège. Pourtant, aucun cadre législatif ne définit le statut de ce collaborateur de l'ombre, le fixeur.


julieB2

The U.S. Army/FlickR

Il est le bras droit du reporter. Celui qui facilite son travail dans des zones compliquées, souvent en conflits. Sa connaissance du terrain permet au journaliste de gagner du temps et de la finesse dans la compréhension des enjeux locaux. Cet allié, c’est le "fixeur", un mot ni joli, ni précis, traduit en papier calque de l’anglais "fixer", celui qui arrange, rencarde, dépanne.

Parler de lui comme un assistant serait le réduire à un rôle accessoire alors qu’il est pour le journaliste essentiel. "Rendons justice au fixeur, c'est lui qui fait le journal", revendiquait Stéphane Amar, journaliste en Israël, venu raconter son expérience à l'école de journalisme de Bordeaux. Le correspondant à Jérusalem travaille avec deux fixeuses. Principalement avec Nuha Musleih, une palestinienne d'une cinquantaine d'année, capable de « forcer toutes les portes » et plus rarement avec l'israélienne, Eva Laloum.

Facilitateur

"Un fixeur, traduit, aide à organiser voire propose des idées de reportage. Il facilite grandement la tâche. Souvent les fixeurs, une fois qu'ils ont compris vos attentes, vous proposent de bonnes idées et vous aident à les mettre en oeuvre", explique Renaud Bernard, grand reporter à France 2.

Pour entrer en contact avec ces informateurs précieux, le journaliste use de son réseau professionnel. Renaud Bernard note : "Pour l'essentiel, les fixeurs que j'emploie, je les trouve par ouï dire. C’est-à-dire que des confrères peuvent me les avoir recommandés ou qu'éventuellement des francophones me les ont adressés."

Récemment en Kurdistan pour tourner un reportage sur les Chrétiens d’Irak, Renaud Bernard a fait appel à Hans Shamooay. Ce fixeur lui a été conseillé par le propriétaire d'une agence de voyage spécialisée dans les circuits à thématique religieuse, un homme "qui maîtrise bien la zone en question". Etudiant en philosophie et en théologie à Erbil dans le nord de l’Irak, Hans Shamooay se destine à être prêtre d’ici un an et demi. Sans lien avec le métier de journaliste, c’est la première fois qu’il faisait le boulot de fixeur pour un média. Il a d’ailleurs refusé tout salaire pour son travail. "J’ai rencontré Renaud il y a 9 jours. Je l’ai accompagné à Qaraqosh pour tourner un reportage sur les Chrétiens en Irak. J’ai fait la traduction pour lui et organisé quelques détails pratiques. Renaud a voulu me rémunérer mais j’ai refusé tout argent..."

Certains fixeurs au contraire ont une formation de journaliste. C'est le cas de l’afghan Yama Omid.  Avant de trouver un contrat plus solide, le journaliste formé en France, a été fixeur en Afghanistan pour RFI, une radio anglophone et des médias locaux. Sa qualification ne lui assure pas des revenus plus fixes : "La rémunération dépend du type de médias et des dangers encourus. Travailler avec une télé est plus dangereux que travailler avec la presse écrite. Parfois, on est rémunéré selon le sujet. S’il pose problème pour le fixeur, l’employeur va augmenter le prix."

 

Protection

La rémunération du fixeur, comme tout ce qui touche à sa fonction, est extrêmement aléatoire. "Il n’existe aucun texte particulier concernant leur statut", témoigne Dominique Pradalié, déléguée du Syndicat National de Journalisme (SNJ).

Sa fonction n’est pas définie par un cadre législatif clair. Son mode de recrutement, ses activités, sa rétribution sont variables. "Les rémunérations dépendent du service rendu, parfois aussi de la taille des médias… Soit ce sont des piges, si les contacts sont eux-mêmes des journalistes, soit les rémunérations sont versées de la main à la main, ça dépend du terrain", poursuit Dominique Pradalié.

Renaud Benard confirme : "Pour ce qui est de la rémunération. Pas de barème. En moyenne je constate qu'il faut compter 200$ par jour mais ceci ne vaut que parce que je fréquente des pays compliqués, relativement fermés mais néanmoins développés. En Haïti un confrère me disait récemment qu'il faut compter entre 50 et 100$." Stéphane Amar en Israël rémunère ses fixeuses au reportage : 200 euros par sujet. "Des fois le sujet lui prend une heure, des fois deux jours. C'est vraiment basé sur la confiance."

Alors qu’il assure la protection des journalistes qu’il accompagne, le fixeur lui-même bénéficie rarement d’une véritable couverture sociale. Ce que déplore Maryse Richard, déléguée du SNJ : "Il leur faudrait, au moins un statut de protection. Florence Aubenas a pu rentrer avec Hussein Hanoun à l’époque, mais ça ne se passe pas toujours aussi bien."

 

Sur le même sujet :

Le Point : "Fixeur": métier à risques

Partager cette page

EN BREF

Prev Next

L'actu médias en quelques clics

Les sources d'information médias sont multiples et nombreuses. Suivre l'évolution de ce petit monde en mutation peut être difficile tant il faut avoir l'oeil partout. Voilà pourquoi La Fabrique a décidé de rassembler en une seule page plus de 50 des principaux sites et blogs d'information traitant de l'actualité des médias et de réflexion sur son avenir. Ce rassemblement est évolutif, la rédaction est à l'écoute de suggestions pour améliorer ce concentré d'informations.

Qui sont les "sans-télés" ?

Dans son dernier livre Pas très cathodique. Enquête au pays des "sans-télé" (Éditions Erès, Sociologie clinique), le sociologue Bertrand Bergier s'est intéressé aux 2% de Français réfractaires au petit écran. De 2006 à 2009, il est parti à la rencontre de 566 de ces familles pas très cathodiques. Etudiants, sexagénaires retraités, ouvriers ou employés, ils ont tous abandonné le téléviseur " par choix " et non par économie. Ils ne sont pas coupés du monde non plus puisqu'ils " investissent beaucoup dans Internet et la presse ", dixit l'auteur.

Le "Gotha noir"

A la manière du Who's Who, la bible du contact professionnel listant chaque année les 22 000 personnes contribuant au rayonnement de la France, la communauté noire a lancé son propre catalogue : le "Gotha noir". Il recense 200 femmes et hommes " au parcours exemplaire " et ayant "au moins un parent noir". Ce livre est édité par Club Efficience, un cercle de réflexion oeuvrant pour une meilleure visibilité des Noirs dans la société française.

RSF récompense le journalisme indépendant

Le prix de la liberté de la presse 2010  a été décerné par Reporters sans Frontières et la Fnac au journaliste iranien Abdolreza Tajik, ainsi qu'à la station de radio somalienne Radio Shabelle. Abdolreza Tajik, membre du Cercle des défenseurs des droits de l’homme, a été responsable des pages politiques dans de nombreux journaux interdits par les autorités iraniennes. Il est aujourd'hui consacré pour la qualité de son travail et son engagement pour la défense de la liberté de la presse en Iran.  Incarcéré pour la troisième fois en juin 2010, il est toujours en prison. Radio Shabelle est la station  privée la plus réputée de Somalie pour son indépendance. Quatre de ses journalistes ont été assassinés en 3 ans, dont son fondateur Mokhtar Mohamed Hirabe.

Un caricaturiste traîné en justice par le président sud-africain

Le président sud-africain, Jacob Zuma, réclame 4 millions de rands (soit près de 450 000 euros) de dommages et intérêts au South Africa’s Sunday Times et un million de rands au dessinateur Jonathan Shapiro. En cause : une caricature publiée dans le journal en septembre 2008. Sur ce dessin, le président est représenté le pantalon au niveau des chevilles et s’apprête à violer une femme symbolisant la justice. Une caricature qui aurait, selon lui, endommagé sa réputation, alors qu’il s’apprêtait à entrer en campagne pour devenir président.

En Hongrie, un projet de loi menace les journalistes et leurs sources

Il n’y a pas que les journalistes français qui rencontrent des problèmes lorsqu’il s’agit de protéger leurs sources. L’ENPA (European Newspaper Publishers Association) a exprimé des craintes, lundi 13 décembre 2010, sur un tout nouveau projet de loi du gouvernement hongrois. Si la loi venait à être votée, la liberté de la presse dans le pays serait grandement limitée puisqu’il deviendrait possible de condamner à de lourdes sanctions les journalistes et les entreprises de presse qui refuseraient de partager l’identité de leurs sources ou qui délivreraient des informations que le gouvernement considèrerait comme peu convenables.

EcuRed : le monde selon Castro

Elle a près de 20000 articles, elle est élogieuse quand elle parle des dirigeants cubains et très critique quand elle parle des États-Unis, c'est, c'est , c'est... une nouvelle encyclopédie en ligne. Inaugurée très officiellement par le gouvernement cubain mardi 14 décembre, elle a l'ambition de concurrencer Wikipédia pour apporter un regard "décolonisateur" sur le monde et l'histoire. EcuRed, c'est son nom, reprend dans les grandes lignes le design de l'encyclopédie participative pour "créer et diffuser le savoir de tous et pour tous, depuis Cuba et avec le monde". Comme Wikipédia, tout le monde peut contribuer à cette somme de connaissances, mais c'est à la condition de s'être enregistré et pour cela, il faut avoir une adresse mail cubaine... L'étape suivante reste bien sûr que la contribution soit acceptée par un modérateur. Alors que les États-Unis y sont dépeints comme un "empire contemporain" qui a historiquement pris "par la force des territoires et des ressources naturelles d'autres nations", Fidel Castro y est dépeint comme un phare spirituel pour le monde entier : "Il participe désormais au débat d'idée à l'échelle mondiale. Avec son autorité morale, il influence des décisions importantes et stratégiques sur la révolution." Tous ces "articles objectifs" convaincront-ils les internautes ?

La fin du règne de Larry King

 Le roi du talk-show made in USA fera sa dernière émission vendredi 17 décembre sur CNN. Après 25 ans de carrière et plus de 50 000 interviews, Larry King et ses célèbres bretelles prennent leurs retraites. King est une véritable icône aux Etats-Unis. De Nixon à Obama, tous les présidents américains se sont succédés sur le fauteuil mythique du show de Larry King, avec des audiences pouvant aller jusqu'à 20 millions de téléspectateurs. La chaîne a réservé à son vétéran un final digne du King Larry.

Le couperet tombe pour Charlie Hebdo

La société éditrice de Charlie Hebdo a été condamnée par le tribunal de grande instance de Paris pour licenciement abusivement envers le caricaturiste Siné. Maurice Sinet  avait été remercié après la publication d'une chronique le 2 juillet 2008 ironisant sur une possible conversion de Jean Sarkozy au judaïsme. Selon Philippe Val, directeur de publication de l'époque, ces propos pouvaient être perçus comme antisémites. Les éditions Rotatives devront verser 40 000 euros de dommages et intérêts à l'intéressé pour préjudices économique et moral, et publier leur condamnation dans l'hebdomadaire.