La fabrique de l'info

Bannière
Vous êtes ici : Accueil » Numéro 3 » Sous le capot » Écoutes téléphoniques : des pratiques sur le fil

Écoutes téléphoniques : des pratiques sur le fil

Envoyer Imprimer PDF
Index de l'article
Écoutes téléphoniques : des pratiques sur le fil
Regards français sur le journalisme d'investigation
Toutes les pages

Écoutes téléphoniques, piratages de boîtes mails, utilisation de logiciels espions... Le scandale du tabloïd News of the World  qui a éclaté en juillet 2011 au Royaume-Uni a révélé les pratiques polémiques de certains journalistes britanniques. Enquête sur les méthodes d'investigation utilisées outre-Manche.

 photo telephone_art_marthe 

Un petit piratage de temps à autre... Certains journalistes n'hésitent pas à flirter avec l'illégalité pour obtenir de bons scoops bien croustillants. Au Royaume-Uni, ce n'est pas nouveau. Ce qui est récent par contre, c'est que ces pratiques soient décriées unanimement par l'opinion publique britannique.

Six mois après la réouverture de l'enquête sur les écoutes téléphoniques du tabloïd News of the World, l'affaire a pris une tournure internationale. Le 5 juillet 2011, Nick Davies, journaliste au Guardian fait ressurgir une vieille affaire: le meurtre de Milly Dowler, une collégienne britannique de 13 ans portée disparue en 2002. Dans son article, il révèle que des journalistes de News of the World en quête d'exclusivité, avaient à l'époque piraté la boîte vocale du portable de la jeune fille. Alors que celle-ci était déjà morte.

Sortie en juillet dernier, l'affaire fait l'effet d'une bombe. Et ses répercussions secouent encore aujourd'hui le Royaume-Uni. Pour la première fois, l'opinion publique s'émeut de l'utilisation de telles méthodes et les journalistes britanniques se retrouvent sur le banc des accusés.

 

TABLOÏDS ET PRESSE SÉRIEUSE DANS LE MÊME SAC

 

L'usage de méthodes sinon illégales, du moins à l'encontre de la déontologie journalistique, est loin d'être uniquement le fait de la presse à sensation. « Les tabloïds n'ont pas l'apanage du recours à des moyens d'enquête clandestins. Dans l'affaire Jonathan Aitken*, le Guardian avait utilisé frauduleusement un papier à lettres à l'en-tête de la Chambre des communes pour obtenir des informations », raconte Jean-Claude Sergeant, professeur à la Sorbonne, spécialiste des médias britanniques. Adrien Moss, correspondant RFI à Londres, voit une explication à la généralisation de ces pratiques préjudiciables à la presse « sérieuse » : « Aujourd'hui, les journalistes sont de plus en plus mobiles, explique-t-il. Ils commencent leur carrière dans la presse populaire et finissent au Guardian ou au Times , sans changer de pratiques journalistiques. D'après moi, «hacker» une boîte mail ou pirater une messagerie est aussi bien utilisé dans la presse dite sérieuse, que dans les tabloïds », affirme le journaliste.

 

Si les journalistes français n'hésitent pas à parler ouvertement des méthodes utilisées par leurs confrères britanniques, au Royaume-Uni, c'est une autre affaire. Seule une éditorialiste du Financial Times, Peggy Hollinger, a accepté de s'exprimer. Elle porte un regard angélique sur la question: «Je n'ai jamais entendu parler de telles pratiques, ni dans mon quotidien ni dans les autres grands quotidiens britanniques ».

Les journalistes ne se bousculent pas pour évoquer le scandale des écoutes téléphoniques. Beaucoup répondent par la positive à la demande d'interview puis se rétractent soudainement à l'évocation du sujet. En Grande-Bretagne, il semble que le scandale des écoutes téléphoniques soit un sujet tabou. C'est compréhensible, car comme le déclarait Mathew Paris, chroniqueur au Times, dans une interview au Monde : « ces pratiques journalistiques relèvent de la routine ».

 

APPRENDRE À HACKER À L'ÉCOLE ?

 

Pirater une boîte vocale ou mettre sur écoute les sujets de son enquête, ces méthodes semblent être tellement utilisées outre-Manche qu'elles seraient même enseignées dans le cadre du master de journalisme d'investigation de la City Univesity de Londres. Encore une fois révélatrice de la crispation que suscite le sujet, les deux versions discordantes données par deux journalistes de renom des deux côtés de la Manche. L'un, David Leigh, oeuvre au Guardian et donne des cours de journalisme d'investigation à la City University. L'autre, Virgine Malingre, est française et travaille pour le journal le Monde.

 

Qui croire ? Dans un article publié le 15 juillet 2011, Virginie Malingre révèle que David Leigh enseigne à ses étudiants la manière de pirater une boîte vocale, « avec précaution ». Au téléphone, celle-ci confirme avoir recueilli les témoignages de plusieurs étudiants de la City University à ce propos. Contacté par mail, David Leigh refuse d'évoquer le sujet et ne répond que deux phrases cinglantes : « I do NOT teach my pupils at City University to use these methods and I do NOT use such methods myself...* »Difficile alors de démêler le vrai du faux. Une chose est certaine, le sujet est source de crispation dans les rédactions britanniques.

 

Jack Hewson, étudiant en master de journalisme d'investigation à la City University, évoque la question de l'enseignement de techniques illégales à l'université. « Personne ne nous encourage à pirater un téléphone. On nous apprend juste quelles méthodes sont légales et celles qui sont illégales. On nous incite à réfléchir à notre position éthique sur ce sujet », développe-t-il. Enseigner à des étudiants en journalisme que pirater une boîte vocale est interdit par la loi, voilà qui est déjà lourd de sens.

L'étudiant poursuit: « Personnellement, je ne vois aucun inconvénient à « hacker » une boîte vocale pour révéler une affaire dont l'intérêt public est important. Si Nick Davies avait piraté un ou deux téléphones pour faire sortir le scandale des écoutes de News of the World, je ne le lui aurai pas reproché ». Une déclaration révélatrice de la facilité de certains journalistes britanniques à franchir la frontière de l'illégalité.

 

Jusqu'à présent, les scandales d'écoutes téléphoniques qui ont éclaté en Grande-Bretagne portaient principalement sur des hommes politiques ou des peoples. « Les lecteurs ont toujours été friands des affaires de coucheries et d'adultères publiées dans les canards, peu importe les moyens utilisés par les journalistes pour les révéler », explique Adrien Moss. « Mais cette fois-ci, le piratage concerne une honnête citoyenne, victime d'un meurtre et qui plus est une gamine de 13 ans. Les gens ordinaires ont immédiatement été scandalisés par cette révélation et l'opinion publique s'est retournée contre les journalistes de News of the World ».

Il faut dire qu'au Royaume-Uni, la notion de protection de vie privée est récente. Si une affaire est d'intérêt général, les journaux la publient et la justice est souvent moins regardante qu'en France sur les moyens utilisés par les journalistes pour la publier. « Au Royaume-Uni, cette notion n'a été inscrite dans le droit qu'en 1998, rappelle Jean-Claude Sergeant. Dans les affaires de diffamation, la justice britannique a souvent plus facilement tranché en faveur de la liberté d'expression que de la protection de la vie privée ».

 

DES POUNDS CONTRE UNE INFO

 

Autre pratique journalistique distincte: le monnayage d'informations. Outre-Manche, la pratique est courante, et semble moins politiquement incorrecte qu'en France. « Monnayer une information se fait beaucoup ici. De mon côté, j'ai été payé à chaque fois que je donnais une information à des collègues britanniques », confesse Adrien Moss. En France, ça ne se fait pas, mais en contre-partie, la plupart des interviews est accordée à des fins publicitaires », conclut le journaliste. Pour ne citer qu'une affaire, il est de notoriété publique que le Daily Telegraph n'aurait pu sortir l'affaire des notes de frais des parlementaires britanniques sans avoir accès à certains fichiers obtenus contre paiement.

Jeudi 3 novembre, le scandale des écoutes téléphoniques a pris une nouvelle dimension. La police britannique a revu à la hausse le nombre de personnes qui auraient pu être espionnées par News of the World. Elles seraient près de 6000 à avoir pu être placées sous écoutes par le tabloïd.

 

 

*Ministre du budget conservateur condamné à 18 mois de prison pour parjure et soupçonné d’avoir eu des liens d’affaires et d’amitié avec la famille royale Saoudiene et effectué une vente d’arme vers l’Iran en 1988, malgré l’embargo.

* Je n'enseigne pas de telles méthodes à mes étudiants et je ne les utilise pas non plus moi même.



EN BREF

Prev Next

Al-Jazeera, un anniversaire sportif

Al Jazeera Sport, qui vient de célébrer ses huit ans, a lancé la chaîne d'information sportive « Al Jazeera Sport News ». La nouvelle chaîne du groupe qatari proposera des bulletins d'information (toutes les heures) ainsi qu'une vingtaine de programmes d'informations sportives. Deux émissions couvriront le sport au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. A sa principale concurrente saoudienne Al-Arabiya, viendront s'ajouter en 2012 Sky News Arabia, qui devra émettre d’Abou Dhabi, et la chaîne Al-Arab du milliardaire saoudien Al-Walid ben Talal.

The Guardian crée un compte-robot sur Twitter

Le quotidien anglais The Guardian lance une nouvelle expérience sur Twitter. @GuardianTagBot est un compte automatique qui répond aux requêtes des internautes. Ou plutôt, les redirige vers les meilleurs articles du journal sur un sujet donné. Si le twittos tape « News about journalism », le compte-robot devrait par exemple le renvoyer vers des publications traitant de la question. Avec tout de même une marge d'erreur que reconnaît le quotidien. The Guardian affirme même que ce nouveau système « est là pour nous aider à tester si notre système de référencement fonctionne bien ». @GuardianTagBot demande ainsi à être amélioré mais il est déjà censé être plus efficace que le moteur de recherche du site internet. Ce compte-robot pourrait cependant être rapidement victime de son succès : comme tous les comptes du réseau social, il est limité à 300 tweets par jour.

Un observatoire des pratiques déontologiques dans les médias

L’association de Préfiguration d’un Conseil de Presse (APCP) va créer un Observatoire des pratiques déontologiques dans les médias. Un observatoire qui servira à répertorier et analyser les cas d’entorse à la déontologie. Il aura aussi une mission de veille. Tous les médias devraient être concernés. Les contours du projet doivent être précisés le 10 novembre 2011 aux Assises du journalisme à Poitiers lors d’un atelier. Il s’agira de définir les statuts, les rôles précis et de recenser les acteurs qui voudront s’impliquer dans le projet. Un répertoire de fiches normalisées sera présenté à cette occasion. Elles répertorient les évènements par items : date, catégorie de manquement à la déontologie, type de production journalistique, média(s) concerné(s), les faits, les explications données, et la sanction éventuelle. Ce répertoire pourrait servir de base de travail au futur observatoire.

News Transparency, un site qui piste les journalistes

En apprendre plus sur ceux qui font l'actualité, c'est ce que propose depuis le 31 octobre le site américain News Transparency. Il met à disposition des internautes des informations sur les journalistes, afin de "les rendre redevables au même titre que les institutions sur lesquels ils enquêtent". Pour chaque journaliste, le site propose d'abord une sorte de CV avec âge, téléphone, e-mail, profil Facebook et Twitter, parcours scolaire et expérience professionnelle, adresse de blog ou de site internet. News Transparency affiche aussi des informations plus poussées sur le réseau professionnel et les "sources fréquentes" du journaliste en question ; et d'autres plus personnelles comme son orientation politique ainsi que ses amis et ses alliés. Construit sur le modèle de Wikipédia, News Transparency est une base de données alimentée par les internautes. Une idée d'Ira Stoll, fondatrice du blog conservateur FutureofCapitalism.com. Elle s'est déjà illustrée dans la critique des médias avec le site SmarterTimes.com, qui s'attaquait régulièrement au New York Times.

L'AFP se met à l'ourdou

Après le français, l'anglais, l'arabe, l'espagnol, l'allemand et le portugais, l'AFP devrait bientôt parler en ourdou. Langue officielle du Pakistan et de l'Inde (parlée dans le nord du pays), elle est utilisée par 160 millions de personnes dans le monde. Une nouveauté de taille pour l'AFP née de son association avec Online International News Network, la plus grande agence de presse privée pakistanaise. L'accord entre les deux a été signé à Islamabad. L'Inde et Pakistan utilisent très largement les informations de l'AFP; les deux pays représentent donc pour elle un important marché.

Algérie : El Chourouk est née

Une première chaîne de télévision satellitaire privée a été lancée en Algérie. El Chourouk TV, créée par le quotidien arabophone El Chourouk, généraliste, essentiellement de langue arabe mais avec des programmes en tamazigh (langue berbère) et en français a été lancée le 1er novembre 2011. Cette ouverture correspondait à la date de la commémoration du 57ème anniversaire de la révolution algérienne. Entre ce prélancement et la date du point de départ de la diffusion officielle d'El Chourouk TV le Parlement algérien devrait avoir légiféré sur la « libéralisation » des médias annoncé par le président Bouteflika.